2.5. Une marchandise possède une valeur d'usage et une valeur d'échange.

La valeur d’usage d'une marchandise correspond à son utilité. La valeur d’échange d'une marchandise correspond à son prix. L’expression « valeur d’échange » et le mot « prix » sont utilisés pour désigner très exactement la même chose. Un prix n’est pas seulement une quantité d’argent.

DÉFINITION : Prix
Un prix est un rapport de quantités échangées à titre marchand;. Un pain vaut deux poissons, ce qui est équivalent à deux poissons valent un pain.
L’usage le plus commode et, le plus répandu est d’exprimer un prix sous la forme d’une quantité d’argent.

La distinction entre la valeur d’usage et la valeur d’échange a été introduite dans la pensée économique par Adam Smith dans les termes suivants :

« Il faut observer que le mot valeur a deux significations différentes : quelquefois il signifie l’utilité d’un objet particulier, et quelquefois il signifie la faculté que donne cet objet d’acheter d’autres marchandises. On peut appeler l’une valeur en usage et l’autre valeur en échange. ».

Smith ajoute immédiatement, en réfutation de toute théorie de la valeur fondée sur l’utilité en tant que cause des prix :

« Des choses qui ont la plus grande valeur en usage n’ont souvent que peu ou point de valeur en échange. Il n’y a rien de plus utile que l’eau, mais elle ne peut presque rien acheter : à peine y a-t-il moyen de rien avoir en échange. Un diamant, au contraire, n’a presque aucune valeur quant à l’usage, mais on trouvera fréquemment à l’échanger contre une très grande quantité d’autres marchandises. ».

Représentation graphique - valeur d'usage et valeur d'échange

Il existe une autre distinction majeure entre valeur d’usage et valeur d’échange : les valeurs d’échange marchand sont universellement commensurables entre elles alors que les valeurs d’usage ne le sont pas.
Cela fait partie de la nature et de la raison d’être des valeurs d’échange puisqu’il s’agit de prix, c’est-à-dire de rapports d’échange. Il convient aussi de remarquer que les marchandises ont presque toujours plusieurs utilités – plusieurs valeurs d'usage. L'eau sert non seulement à désaltérer hommes et bêtes mais aussi à laver, à faire cuire ou chauffer, à refroidir, à générer de la vapeur, à produire de l’énergie motrice, etc. La pluralité des utilités d’une marchandise ne s’accompagne pas nécessairement d’une pluralité en conséquence de ses valeurs d’échange.

Il n’y a pas de marchandise dépourvue de valeur d’usage. Pour autant, ceci ne fait pas de l’utilité (valeur d’usage) la cause des prix (valeur d’échange). En effet, .les marchandises n’ont pas pour propriété spécifique d’être utiles. Ce sophisme est très redoutable car il conduit à l’économisme, c'est à dire à considérer que tout ce qui est utile a un prix, donc tout est économique. Selon cette logique, la spiritualité et la sexualité seraient des marchandises, puisqu’elles sont utiles à l’homme. (Voir la proposition 2.10 pour la liste propriétés intrinsèques d’une marchandise).